Décolonisez votre alimentation : campagne du Réseau des peuples autochtones de Slow Food contre la perte de biodiversité

À l’occasion de la Journée internationale des peuples autochtones 2023, qui sera célébrée le 9 août, le Réseau des peuples autochtones de Slow Food lance une campagne mondiale de soutien aux communautés autochtones qui tentent de préserver leur patrimoine alimentaire pour notre avenir commun. 

Les communautés des peuples autochtones défendent une extraordinaire variété d’espèces végétales et animales, ainsi que des savoirs traditionnels, des langues et des aliments menacés d’extinction. Si l’on pense à l’avenir de ces communautés, la campagne Décolonisez votre alimentation s’inscrit parfaitement dans le thème principal de la Journée internationale de cette année, à savoir La jeunesse autochtone en tant qu’agent de changement pour l’autodétermination.  « Historiquement, les compétences, les savoir-faire et les connaissances que nous apportons aux systèmes alimentaires mondiaux en tant que femmes et jeunes autochtones ont été occultés. On dit souvent aux jeunes qu’ils ne savent pas vraiment, qu’ils manquent d’expérience, qu’ils doivent attendre d’être plus âgés pour pouvoir exprimer leurs opinions, mais on oublie que la jeunesse est une source d’énergie, de rêves, de renouveau des capacités et des compétences. Si nous, les jeunes, nous écoutons aussi nos aînés avec respect et dignité, nous pouvons créer ensemble des milliers de projets merveilleux pour apporter des solutions au changement climatique et à la perte de biodiversité, car nous nous complétons mutuellement », commente Dalì Nolasco Cruz, femme de la tribu Nahua et membre du conseil d’administration de Slow Food International.

 

La colonisation de la nourriture autochtone

Quatre-vingt pour cent de la biodiversité est préservée par les peuples autochtones. Ces communautés sont également les gardiennes du savoir et des aliments traditionnels. Cependant, leurs moyens de subsistance sont menacés par l’accaparement des terres, les violations des droits des peuples autochtones, le changement climatique et les pratiques agricoles non durables. En plus de ces causes évidentes, une colonisation moins visible s’opère par le biais de l’alimentation. D’une part, les entreprises cherchent à s’accaparer le savoir-faire et les aliments indigènes sans le consentement et la reconnaissance des communautés qui les cocréent, et sans leur apporter de bénéfices. Par ailleurs, la domination croissante des aliments industriels et mondialisés est en train de remplacer la nourriture traditionnelle locale. Les médias et les politiques publiques encouragent la consommation et la production de ces aliments, ce qui conduit à une insécurité alimentaire, à une homogénéisation des régimes alimentaires et à la disparition de saveurs, de savoir-faire, de traditions culinaires, d’économies locales et d’identités alimentaires, avec un impact particulier sur la jeunesse autochtone.

Les aliments indigènes et traditionnels peuvent jouer un rôle important dans la lutte contre la faim et la malnutrition : Les régimes alimentaires et les pratiques de production biodiversifiés dont ils font partie contribuent à un mode de vie sain et préservent les écosystèmes locaux et les ressources environnementales qui peuvent protéger contre les carences en micronutriments. Aujourd’hui, ce modèle est fortement concurrencé par les aliments transformés de l’industrie agroalimentaire et l’utilisation croissante d’OGM.

L’inondation du marché par ces produits a entraîné un changement considérable des habitudes alimentaires, dont les effets néfastes sur la santé de la population n’ont pas tardé à se manifester.

« Notre nourriture nous relie à nos communautés, à la Terre-mère et à nos ancêtres », explique Dalì Nolasco Cruz, « c’est notre culture, notre savoir, notre vie : notre identité ». « C’est pourquoi il est essentiel de veiller à ce que les aliments des peuples autochtones continuent d’être respectés, protégés et célébrés en tant que partie intégrante de la culture culinaire mondiale. À travers la campagne de sensibilisation Décolonisez votre alimentation, le Réseau des peuples autochtones de Slow Food cherche à attirer l’attention sur les efforts déployés pour sauver les aliments des peuples autochtones de l’extinction. Il nous invite également à mieux connaître les origines autochtones des aliments courants et à découvrir les terres et les communautés où ils sont encore produits. »

 

Un parcours de sensibilisation à travers les continents

Slow Food propose un tour du monde à la découverte de différents aliments autochtones mis en valeur par le Réseau des peuples autochtones de Slow Food, qui réunit 86 pays et plus de 370 communautés.

Au Mexique, le réseau des peuples autochtones de Slow Food participe très activement, puisqu’il vient de lancer une campagne nationale pour demander aux communautés autochtones de présenter les aliments locaux qu’elles souhaitent décoloniser. Il en va de même pour Slow Food Ouganda, qui a présenté la campagne My Food My Identity. Cette initiative vise à attirer l’attention des populations locales sur les aliments autochtones qui peuvent constituer une alternative efficace pour garantir la souveraineté alimentaire et apporter un soutien précieux dans la lutte contre le changement climatique.

L’Alliance des Cuisinier·ère·s Slow Food, une initiative du Peuple autochtone de Taïwan, vient d’être lancée dans le pays. En plus de défendre la biodiversité et les produits locaux, les   8 cuisinier·ère·s  autochtones qui ont fondé l’Alliance vont mettre un coup de projecteur sur les traditions et les ingrédients autochtones.  Pour en savoir plus : https://www.fondazioneslowfood.com/en/nazioni-alleanza/taiwan-en/

En Europe, les producteur·trice·s de la Sentinelle Slow Food du gurpi de renne de Laponie ont proposé

le gurpi : une spécialité de viande de renne séchée produite par les Samis, un peuple autochtone d’éleveurs nomades qui vit dans les montagnes du nord de la Suède, à la frontière avec la Norvège, la Finlande et la Russie.

Tout le monde peut participer à la campagne pour en apprendre davantage sur les aliments et les communautés autochtones ainsi que sur l’importance de la décolonisation de nos systèmes alimentaires et de nos mentalités. Il est primordial de plaider en faveur de nouvelles politiques de défense de la biodiversité. De plus, reconnaître les droits et les contributions des peuples autochtones est une autre façon de faire bouger les choses. Pour plus d’informations : https://old.slowfood.com/our-network/indigenous/decolonize-your-food/

Journée internationale des peuples autochtones 2023 : le 23 décembre 1994, l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé, dans sa résolution 49/214, que la Journée internationale des peuples autochtones serait célébrée le 9 août de chaque année. Cette date correspond à celle de la première réunion, en 1982, du groupe de travail des Nations unies sur les populations autochtones. https://social.desa.un.org/issues/indigenous-peoples/events/international-day-of-the-worlds-indigenous-peoples-2023

Pour en savoir plus sur le Réseau des peuples autochtones de Slow Food : https://old.slowfood.com/our-network/indigenous/

 

Le FIDA et le réseau Slow Food partagent la même vision de l’agriculture à petite échelle, laquelle représente une source cruciale de revenus et d’alimentation pour les communautés rurales, ainsi qu’un moteur de la croissance économique rurale. Depuis 2009, le partenariat entre le FIDA et Slow Food contribue à la réalisation de projets communautaires innovants qui renforcent les chaînes de valeur locales pour les aliments traditionnels, ainsi qu’au développement d’un réseau de peuples autochtones réunissant des milliers de personnes dans 86 pays. Ce partenariat se consacre actuellement à la mise en œuvre d’un nouveau projet visant à faire progresser la transformation des systèmes alimentaires en promouvant la centralité des systèmes alimentaires agroécologiques et les précieux savoir-faire des peuples autochtones en Asie, en Amérique latine, dans les Caraïbes et dans les régions du Pacifique.

  • Did you learn something new from this page?
  • yesno