Nous reconnecter avec les communautés de la nourriture

terramadreaday-bastilleParler de reconnexion avec les communautés de la nourriture n’est pas chose aisée dans un contexte comme celui de la ville lumière. La commune de Paris est l’une des plus denses sur la planète avec ses 20 000 habitants au km2 et son agglomération concentre 90 % de la population pour ¼ de la superficie de la région Île-de-France. Le bassin parisien possédant des sols très fertiles, la moitié des exploitations agricoles franciliennes font plus de 100 hectares : on peut parler d’une agriculture intensive et spécialisée dans notre région. Celle-ci est très largement dominée par des oléoprotéagineux (colza, tournesol, soja) et céréales (blé, orge, maïs) ainsi que d’autres cultures d’exportation (betterave notamment) sous perfusion de notre Politique Agricole Commune (PAC).

Le Cresson de Fontaine, première Arche du Goût francilienne (Nasturtium officinale, à ne pas confondre avec le cresson de terre qui appartient en réalité à un autre genre végétal, Barbarea verna) pèse léger avec sa grosse quinzaine d’hectares, aujourd’hui défendus par une vingtaine de cressiculteurs de la commune de Méréville en Essonne. Ses vertus diététiques exceptionnelles sont portées par une saveur piquante pour le palais, fruit d’un aménagement complexe du milieu naturel en diguettes, situées en aval d’une source d’eau, et d’un travail manuel traditionnel qui remonte au XVIIIème siècle. Il existe aussi des cultures de Cresson de Fontaine dans la région Nord-Pas-de-Calais : il s’agit donc d’une production aux terroirs multisitués à fortes contraintes écologiques. De nombreux changements menacent pourtant sa culture. Le Cresson de Fontaine a connu une chute de consommation de 50 % entre les années 1960 et 1970, et le nombre d’exploitations fut divisé par deux en 40 ans. La petite plante potagère fait notamment face à la concurrence féroce des salades et roquettes sous vide et sans saveur, que l’on trouve dans tous les supermarchés et qui décorent le plus insipide des sandwichs : de là à manger de l’eau, il n’y a qu’un pas.

C’est pourquoi pour ce Terra Madre Day, nous célébrerons le « Cresson de Fontaine dans tous ses états », le 13 décembre à la Commune Libre d’Aligre, café associatif emblématique du quartier du même nom. Une famille engagée de cressiculteurs sera parmi nous pour nous présenter leur métier et rencontrer nos bénévoles activistes parisiens. C’est le premier pas d’une longue route qui nous amène à travailler pour une relation directe entre la consommation et la production de la nourriture. On chuchote même que des chefs gastronomiques étoilés seront présents pour mettre en scène cette panacée et que nos amis de Slow Food Terroirs du Monde présenteront la prochaine Arche du Goût francilienne. Que viva Terra Madre Day !

Bastien Beaufort

old.slowfood.com/terramadreday

  • Did you learn something new from this page?
  • yesno